Centre Culturel Tibétain Dzogchenpa

Bienvenue sur notre site

Conférences et cours sur le bouddhisme selon la lignée Nyingma. Nous sommes membres de l’Union Bouddhiste de France.

Décès de ChépaDorje Rinpoché

Nous avons la grande tristesse de vous informer que ChépaDorje Rinpoché a quitté son corps le 14 octobre à 0h30. Ses cendres ont été dispersées, selon son souhait, à Carqueiranne le 14 décembre.

Un article au hasard

- Le bardo du devenir 3 -

Paris, le 8 octobre 2001

Que devons-nous faire dans l’état intermédiaire du Devenir ?

Il nous faut fermer la porte du samsara. Donc, nous allons voir quels sont les moyens à utiliser pour fermer les portes du samsara, du cycle des existences. Tout d’abord que faut-il fermer ? Il faut, pendant le Bardo du Devenir, fermer les portes des six classes d’êtres. Nous devons très rapidement reprendre comme support un corps humain, avec un père détenteur de la connaissance et une mère ayant l’esprit excellent.

Pourquoi allons-nous jusqu’au Bardo du Devenir ?

Il en est ainsi car au moment de la mort, nous avons été séparés de notre corps humain et parce qu’au moment du Bardo de la Vérité en Soi, de la réalité absolue, nous n’avons pas eu la possibilité de reconnaître nos propres apparences. Pour ces raisons, nous nous trouvons dans le Bardo du Devenir. Puisque nous n’avons pas eu la possibilité de reconnaître nos apparences qui se sont déployées pendant l’état intermédiaire du Bardo de la Vérité en Soi, de la réalité absolue, cet instant s’est dissout et nous nous errons dans le Bardo du Devenir. A ce moment-là, la conscience se trouve dans un état intermédiaire particulier, sa vie passée est terminée et elle n’a pas encore repris naissance dans sa vie future. La conscience est réellement dans un état intermédiaire. Cette conscience, n’ayant plus son corps passé, va à nouveau chercher un autre corps.

Au moment du Bardo du Devenir nous ne sommes pas encore composés des cinq agrégats. Nous n’avons pas encore de corps formel, nous n’avons pas du tout de corps. Pourtant notre esprit pense que nous en avons un et conserve l’idée des cinq agrégats tout au long de ce Bardo. Tout ce que l’esprit pense, nous l’obtenons immédiatement. Notre conscience est semblable à un oiseau emporté par les différents courants du ciel, dans l’espace. De même, nous allons être entraînés sous l’emprise de notre karma. Une grande frayeur, une peur va alors s’élever en notre esprit, semblable aux apparences qui surviennent en rêve. Dans cet état, notre esprit ne peut pas demeurer dans un endroit particulier car il n’a pas de support où demeurer. Partout ou notre esprit veut aller, il y va. Dès à présent, déjà, notre esprit part vers toutes sortes d’endroits mais il n’a pas la possibilité d’y aller véritablement car notre corps le retient. Dans le Bardo du Devenir, l’esprit va là où il veut aller et il y va véritablement. Donc, à ce moment là, l’esprit ressent beaucoup de colère, il est énervé, il n’est pas détendu, quoi que puisse penser l’esprit, cela se manifeste. Il n’y a pas de bien-être. L’esprit est toujours dans une grande tension, dans la peur, dans la souffrance.

L’intelligence, à ce moment du Bardo du Devenir est très claire, très vive, la clarté de l’esprit est sept fois plus grande que celle que nous pouvons avoir à présent. Donc, si nous avons pu dans cette vie-ci, nous entraîner sur la phase de création, sur le kyrim, nous allons l’utiliser. Afin d’obtenir un corps. C’est ce que nous souhaitons.

Certains signes apparaissent au moment où nous allons obtenir ce corps. Telles les six couleurs différentes qui font référence aux six classes d’êtres. En ce qui concerne le monde des dieux et le monde humain, une lumière blanche, très faible, très tenue va apparaître. Ensuite pour le monde animal et des demi-dieux, la lumière sera jaune et très faible. Le monde des enfers et le monde des esprits avides seront de lumière noir très faible. Ces lumières sont très faibles et sans force. Nous sommes attirés par elles parce que notre esprit est très petit et sans force. Il y a d’autres signes encore tels que se voir au milieu de nombreux êtres humains signifiant que nous obtiendrons un corps humain. De même, si nous nous trouvons dans de la brume, un brouillard très dense, nous allons dans le monde des humains. Si nous nous trouvons à l’intérieur d’un palais, nous renaîtrons en tant que dieu. Si nous nous voyons à l’intérieur d’une lumière ronde ou d’un cercle, nous renaîtrons dans le monde des demi-dieux. Si nous nous voyons à l’intérieur d’une maison de fer, nous allons renaître dans le monde animal. Si nous nous voyons à l’intérieur, avec des amis, nous renaîtrons dans le monde des esprits avides. Si nous sommes dans un endroit très obscur, telle une nuit sans lune, nous renaîtrons dans le monde des enfers. Aucun de ces lieux n’est bien cependant. Si nous allons tous dans l’un ou l’autre de ces lieux, ce n’est pas bien. C’est pourquoi il nous faut faire attention. Le problème est que nous n’avons pas la maîtrise de tout cela, nous n’en avons pas le pouvoir car nous ne nous entraînons pas sur la phase de création. Si à l’inverse, nous nous entraînons sur la phase de création à visualiser des divinités, à nous en souvenir, lors du Bardo du Devenir, toutes les apparences seront reconnues comme divinité. Nous développerons de la foi, de la dévotion et toutes les apparences deviendront ces divinités. Si dès à présent, nous avons de la foi, de la dévotion pour une divinité, cela va certainement fermer la renaissance dans les mondes inférieurs et nous obtiendrons un bon corps, un bon support car nous ferons des souhaits pour cela. En prenant refuge correctement avec foi, dévotion, nous pourrons fermer les portes des mondes inférieurs. Comme nous l’avons vu la dernière fois, l’esprit pendant le Bardo du Devenir voit beaucoup d’êtres en union et développe de l’attachement pour cela. Si durant cette vie, nous développons de la dévotion, de la foi pour les divinités quand nous verrons dans le Bardo du Devenir ces êtres en union, instantanément, nous nous souviendrons des visualisation des divinités en union. Par la foi et la dévotion que nous pourrons avoir, instantanément, l’ensemble de tous ces êtres vont se transformer en la divinité. A ce moment-là, il y a deux sortes de méditations possibles. Il y a la méditation de la divinité vis-à-vis des objets extérieurs que le méditant pourra transformer en divinité. Ou alors la méditation où nous nous transformons nous-mêmes en la divinité. Si nous méditons les divinités en yab youm, c’est-à-dire en union, dans cette vie-ci, au moment du Bardo du Devenir, lorsque nous verrons ces différentes unions, nous développerons de la foi, de la confiance. Comme c’est l’esprit qui a de l’attachement envers l’union qu’il peut voir, les objets extérieurs, grâce à cette méditation et à cette foi, deviendront des divinités en union. Notre attachement qui provient de l’esprit – car c’est notre propre esprit qui a de l’attachement – et notre attachement à toutes les apparences extérieures, à tous les objets extérieurs va complètement disparaître. Ainsi, nous nous visualiserons nous-mêmes sous la forme d’une divinité et nous n’aurons absolument plus aucune peur envers les apparences extérieures. C’est cela que nous appelons les apparences pures. Dès à présent, dans le Bardo de la Naissance, l’endroit où nous sommes est un paradis pur, c’est par exemple, le paradis pur de Dorjé Sempa. Il est en union avec sa parèdre et tous les êtres qui l’entourent sont tous Dorjé Sempa en union. Ainsi, il ne peut plus y avoir d’attachement dans notre esprit. Tous les ennemis s’auto libèrent car ils deviennent eux-mêmes Dorje Sempa. C’est cela les apparences pures. Mais là encore, attention ! Il peut y avoir encore de la saisie car certaines personnes peuvent prendre ces apparences pour réelles. Voilà pourquoi, quand nous parlons de ces apparences, nous parlons d’apparences claires, parfaitement claires, cela veut dire sans aucune saisie. Donc, si nous voyons tous les êtres qui nous entourent comme Dorje Sempa en union avec sa parèdre et que nous récitons son mantra, c’est très bien.

Enseignements les plus récents


D'autres articles au hasard


Enseignement

Le sens des six paramitas

Chépa Dorjé Rinpoché - Paris le 9 octobre 2002


Conférence

La prise de refuge comme remède à la souffrance

Chépa Dorjé Rinpoché à Hyères


Le bardo naturel de cette vie - 11/19

Enseignement de Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 31 janvier 2001


Enseignement

le transfert de conscience

Enseignement de Chépa Dorjé Rinpoché - Paris le 14 juin 2001


Comment écouter l’enseignement

Enseignement de Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 8 novembre 2001


Conférences

Agenda des conférences 2014



Enseignement

Le bardo du rêve - 5/12

Chépa Dorjé Rinpoché - Paris, le 2 avril 2001


Une conférence de Chépa Dorjé Rinpoché à Paris

Paix intérieure



Enseignement

Le bardo de la méditation

Chepa Dorjé Rinpoché, Paris le 28 mai 2001


Enseignement

Le bardo de la réalité absolue 8/8


L’ensemble des textes et articles publiés sur ce site relève des législations françaises et internationales sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents iconographiques et photographiques. La reproduction de tout ou partie de ce site, sous quelque forme que ce soit, est formellement interdite sans autorisation préalable et écrite. Si vous souhaitez reproduire un ou plusieurs articles, nous vous remercions de nous contacter. L’utilisation dans un but non autorisé est expressément interdite par la loi et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires.

Accueil | Contact | Plan | Espace privé | Statistiques | Mentions | visites : 1094725

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

-->