Centre Culturel Tibétain Dzogchenpa
Prière

La prière royale

La reine des prières d’aspiration à l’excellence de la noble conduite.


(4.43 - 13 votes)

envoyer l'article par courriel title= envoyer à un(e) ami(e)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En sanskrit : Ârya Bhadra Tcharya Pranidhâna Radza, en tibétain : Phakpa zangpo tchöpaï mönlam gyi guyelpo (la Reine des prières de souhaits, aspiration à l’excellence de la noble conduite).

 
Hommage au Juvénile Ârya Manjushri !
 
Le corps, la parole et l’esprit purs, je rends hommage et me prosterne devant tous les Lions parmi les hommes, du passé, du présent et de l’avenir, sans exception, en chaque monde des dix directions.
 
Les pouvoirs de la prière d’aspiration à la conduite excellente rendent tous les Victorieux réellement présents à mon esprit ; je leur rends parfaitement hommage en me prosternant avec des corps aussi nombreux que toutes les particules constituantes des champs de manifestation.
 
Sur chaque atome se tiennent autant de Bouddhas que les univers comptent d’atomes, chacun assis parmi tous ses Fils spirituels. De même, je conçois que l’entière étendue des phénomènes, tout l’espace absolu, est entièrement rempli de Victorieux.
 
Avec les harmonies que produisent un océan de tous les sons et un océan inépuisable de voix, j’énonce parfaitement les qualités de tous les Conquérants et fais la louange de tous ceux-qui-s’en-furent-en-la-félicité.
 
Par de merveilleuses fleurs, de splendides guirlandes, divers onguents et cymbales, de sublimes parasols, de magnifiques lampes et les plus fins encens, j’honore d’offrandes tous ces Vainqueurs.
 
Par de purs vêtements de choix, de somptueuses senteurs, des amoncellements particuliers de poudres fines hauts comme le mont Méru, excellemment disposés en un déploiement magnifique, j’honore d’offrandes tous ces Vainqueurs.
 
A l’aide de diverses offrandes vastes et inégalées, je glorifie tous les Vainqueurs. Par la force de ma foi en l’excellent comportement, je me prosterne devant tous les Vainqueurs et leur fais des offrandes.
 
Quelles que soient les fautes que j’ai commises avec le corps, la parole et même avec l’esprit, sous l’emprise du désir-attachement, de l’aversion ou de la confusion opaque, je les dévoile toutes, une par une.
 
Je me réjouis de tous les mérites, quels qu’ils soient : des Conquérants des dix directions, des Fils de Vainqueurs, des êtres qui se sont conquis eux-mêmes, de ceux qui s’entraînent, de ceux qui ne s’entraînent plus et de tous les êtres.
 
J’invoque toutes les lampes de tous les mondes -des supports destructibles- des dix directions, qui, traversant les degrés vers l’Eveil, ont actualisé la Bouddhéité dépourvue d’attachement ; je prie tous ces Protecteurs de mettre en mouvement l’insurpassable cycle de démonstration du Dharma.
 
Les mains jointes, je supplie ceux qui ont l’intention de montrer l’au-delà-de-la-souffrance, de demeurer durant autant d’ères cosmiques qu’il existe de particules, pour le bénéfice et le bonheur de tous les êtres.
 
Le plus infime mérite que j’ai pu accumuler en me prosternant, en offrant, en me confessant, en me réjouissant, en exhortant et en suppliant, je le dédie à l’Eveil.
 
J’honore d’offrandes tous les Bouddhas du passé, ainsi que ceux présents dans les mondes des dix directions. Puissent ceux qui ne sont pas encore venus promptement parachever leurs aspirations, et, progressant graduellement vers l’Illumination, se manifester en tant que Bouddhas.
 
Puissent tous les supports destructibles des dix directions, quel que soit leur nombre, être vastement purifiés ; puissent-ils tous être emplis de Vainqueurs et de fils de Vainqueurs ayant siégé au pied du souverain Arbre de l’Eveil.
 
Puissent tous ceux dotés d’esprit, dans les dix directions, aussi nombreux soient-ils, demeurer à jamais heureux et libres de maladies ; puissent-ils être en harmonie avec la teneur du Dharma et voir leurs espoirs satisfaits.
 
Puisse ma conduite être celle des Bodhisattvas, et puissé-je me souvenir de mes naissances quel que soit mon état d’existence. Transporté de trépas en naissances, dans toutes mes vies, puissé-je toujours être un parfait renonçant.
 
Suivant les Pas des Vainqueurs, puissé-je m’entraîner, amener l’excellence du noble Comportement à sa perfection finale, et, en pratiquant constamment une éthique pure et immaculée, adopter une conduite sans fautes ni déclin.
 
Dans la langue des dieux, des nagas et des démons, dans la langue des esprits malins et des humains, par le moyen de tous les sons que comprennent les migrants et en tout langage, puissé-je enseigner le Dharma.
 
Ainsi, puissé-je m’efforcer d’accomplir les Paramitas, et sans jamais oublier mon intention d’atteindre l’Eveil, puisse la totalité des nuisances de nature à l’obscurcir être complètement dissipée.
 
Libéré du karma, des afflictions mentales et du démon des activités, quel que soit mon état d’existence, puissé-je agir pour tous les êtres des mondes tel un lotus immaculé au-dessus des eaux, tels le soleil et la lune brillant imperturbablement dans le ciel.
 
En tous les Royaumes de toutes les directions, puissé-je parfaitement apaiser les souffrances des mondes inférieurs. En établissant tous les êtres dans les différentes formes de félicité, puissé-je œuvrer au bénéfice de tous les migrants.
 
Amenant l’entière Activité Eveillée à son terme, puissé-je œuvrer en accord avec la façon d’agir de tous les êtres dotés d’esprit, excellemment enseigner les nobles comportements et en faire acte au long de tous les kalpas à venir.
 
Puissé-je continuellement être en compagnie de ceux dont les activités s’apparentent aux miennes ; et à travers nos corps, nos paroles et même nos pensées, puissions-nous agir à l’unisson et puissent nos aspirations être une.
 
Puissé-je toujours rencontrer les amis qui veulent m’être bénéfiques, ces amis qui montrent l’attitude parfaite, et puissent-ils ne jamais quitter mes pensées.
 
Puissé-je toujours apercevoir personnellement les Victorieux, ces Protecteurs entourés de Fils de Bouddhas ; et sans fatigue, tout au long des futurs kalpas, les honorer de vastes offrandes.
 
Puissé-je détenir l’authentique Dharma des Vainqueurs et faire apparaître toutes les activités Eveillées ; m’entraînant purement à la conduite parfaite, puissé-je agir de la sorte au long de tous les kalpas à venir.
 
En gravitant dans tous les mondes du devenir, puissé-je acquérir des mérites et une sagesse inexhaustibles et devenir un trésor inépuisable de qualités : de moyens habiles et d’intelligence supérieure, de Samadhi et d’émancipation parfaite.
 
Puissé-je percevoir que, sur un seul atome, demeurent autant de champs purs qu’il existe d’atomes, chacun étant rempli de Bouddhas, au-delà du concevable, qui résident au milieu de leurs Fils en pratiquant l’activité Eveillée.
 
Ainsi, partout, dans toutes les directions, en l’espace d’un seul cheveu, demeurent, aussi nombreux que les Bouddhas des trois temps, un océan de Bouddhas dans un océan de Champs de Bouddhas. Puissé-je m’engager complètement à leur suite pendant un océan de kalpas.
 
D’une Parole unique de Conquérant, s’écoule un océan de sons et de langages dotés des purs aspects de la mélodieuse Eloquence de tous les Vainqueurs, s’ajustant à la pensée de chaque migrant. Puissé-je continuellement mettre en pratique la Parole des Bouddhas.
 
Tous les Vainqueurs établis dans les trois temps font parfaitement tourner les différents aspects de la Roue ; avec toute la force de mon esprit, puissé-je moi-même m’atteler pleinement à l’accomplissement de leur inépuisable et harmonieuse Parole ;
 
et, alors même qu’elle pénètre tous les kalpas à venir, puissé-je personnellement l’appliquer à tout instant. A chaque fraction de seconde, puissé-je m’employer à être introduit en l’intégralité de chacune de toutes les ères cosmiques des trois temps.
 
Puissé-je voir, instantanément, l’ensemble de tous les Lions parmi les hommes présents dans ces trois temps. Et puissé-je, par le pouvoir de l’émancipation parfaite de l’illusion, m’appliquer en permanence à l’objet de leurs Pratiques.
 
Puissé-je manifester sur une seule particule, l’intégralité des champs purs disposés dans les trois temps, et ainsi être introduit en la totalité des Royaumes de Victorieux dans toutes les directions.
 
Ceux qui sont appelés à illuminer les supports destructibles réaliseront progressivement les étapes de la Bouddhéité, feront tourner la Roue et montreront l’au-delà-de-la-souffrance : la quiétude suprême, la Paix finale. Puissé-je me rendre en la présence de tous ces Protecteurs.
 
Par le pouvoir des promptes émanations magiques, le pouvoir du véhicule de tous les accès, le pouvoir de la conduite possédant toutes les qualités, le pouvoir de l’Amour tout-imprégnant, par le pouvoir du mérite de la vertu qui surpasse tout, le pouvoir de la sagesse intemporelle dénuée d’attachement et par les pouvoirs de la connaissance supérieure, des méthodes et de la concentration, puissé-je parfaitement accomplir les pouvoirs de l’Eveil.
 
Puissé-je parfaitement purifier les pouvoirs du karma, anéantir intégralement les pouvoirs des afflictions obscurcissantes, réduire entièrement à néant les pouvoirs des démons et amener à sa conclusion le pouvoir de l’excellente conduite.
 
Puissé-je épurer un océan d’univers, libérer totalement un océan d’êtres, comprendre pleinement un océan de Dharma, réaliser complètement un océan de sagesse, clarifier un océan d’activités, parachever un océan d’aspirations, éminemment honorer d’offrandes un océan de Bouddhas et pratiquer inlassablement pendant un océan de kalpas.
 
Tous les Vainqueurs présents dans les trois temps ont effectué des prières d’aspiration à l’activité Eveillée variées, et se sont éveillés grâce à l’excellent comportement de l’Eveil. Puissé-je amener tout ceci sans exception à sa perfection finale.
 
Le Fils aîné des Conquérants est appelé Samantabhadra, nommément « l’entièrement bon » ; afin de pratiquer avec la même dextérité que cet expert, je dédie intégralement toute cette vertu.
 
Puissé-je, avec la même Science que (ce même) Kuntu Zangpo, excellemment destiner -quels qu’ils soient- mes corps pur, paroles pures, esprit pur, activités pures et vastes champs de manifestation parfaitement purs.
 
Afin de pratiquer la vertu qui imprègne tout, puissé-je agir en accord avec les aspirations de Manjushri, et parachever l’ensemble de ces activités sans faiblir durant toutes les grandes ères cosmiques du futur.
 
Puissent mes actions être sans commune mesure, puissent mes qualités ne connaître aucune limite ; me reposant dans l’activité infinie, puisse tout ceci s’émaner miraculeusement.
 
Illimitée est l’étendue de l’espace, de même illimité est le nombre des êtres vivants ; illimités sont le karma et les afflictions des êtres, telles sont les limites de mes aspirations.
 
On peut offrir à tous les Victorieux une infinité de champs purs des dix directions, parés de toutes les richesses et de précieux ornements, et leur offrir les plus sublimes bonheurs des dieux et des hommes pendant autant de kalpas qu’il existe d’atomes dans l’univers ; mais quiconque, en entendant cette reine des Dédicaces, ressent le désir fervent de répondre à l’appel du suprême Eveil, et fait naître en lui de la foi, ne serait-ce qu’une seule fois, engendre un mérite Ô combien supérieur.
 
Quiconque aura ’planté’ cette prière d’aspiration à l’attitude parfaite sera libéré des renaissances inférieures et délaissera les mauvais compagnons, il apercevra bientôt Amitabha - Apparences Infinies.
 
Dans cette vie même il sera rassasié de bonheur, tout lui sera excellent, et avant longtemps, deviendra tel Samantabhadra lui-même.
 
Ceux qui, sous la domination de la non-connaissance, ont commis les cinq grandes fautes funestes sans intermédiaires, seront rapidement et entièrement purifiés s’ils récitent l’excellente conduite.
 
Ils possèderont sagesse suprême, marques physiques (extraordinaires),(famille de) bonne classe, teint radieux ; les démons et les tirthikas ne pourront les vaincre et les trois mondes les honoreront d’offrandes.
 
Ils se rendront sans tarder sous le puissant arbre de l’Eveil, et, s’y étant assis pour le bien des êtres, s’éveilleront à la Bouddhéité, feront tourner la Roue parfaite et soumettront les hordes de démons.
 
Détenir, enseigner ou lire cette prière d’aspiration à la conduite excellente engendre un mûrissement connu seulement des Bouddhas ; n’ayons aucun doute qu’il s’agit du suprême Eveil.
 
Avec la même Science que l’héroïque Manjushri, et de même que Samantabhadra, m’entraînant sur leurs traces, je dédie entièrement cette vertu.
 
Tous les Vainqueurs des trois temps font l’éloge de la dédicace comme prodigieuse, je dédie de même parfaitement tout mon mérite et ses racines, afin de parvenir à ce noble comportement.
 
A l’heure de ma mort, l’ensemble de tous les voiles se dissipant, et Amitabha -Apparences Infinies- m’apparaissant directement, puissé-je résolument me rendre en Déwatchen.
 
Arrivé là, puissent toutes ces prières de souhaits se réaliser sans exception ; et les accomplissant toutes complètement, puissé-je être bénéfique aux êtres aussi longtemps que dureront les mondes du devenir.
 
Né au sein d’un parfait lotus de toute splendeur en cet excellent et joyeux royaume -le mandala des Conquérants-, puissé-je recevoir personnellement une prophétie du Vainqueur Amitabha lui-même.
 
Là, ayant effectivement reçu cette prédiction, à l’aide de milliards de milliards d’émanations, par la force de mon entendement, puissé-je grandement aider les êtres dans l’ensemble des dix directions.
 
Que la plus infime vertu que j’ai pu amasser en plantant cette prière d’aspiration à la conduite parfaite, serve à exaucer instantanément l’intégralité des prières vertueuses des êtres.
 
Que les authentiques mérites sans limites acquis en dédiant cette prière d’aspiration à l’activité excellente, établissent parfaitement les migrants se noyant dans les eaux impétueuses de la souffrance, en l’état d’Amitabha - Lumière Infinie.
 
Que cette prière royale, souveraine parmi les sublimes, apporte secours à tous les êtres sans fin ; et que l’accomplissement de cette Parole sacrée, ornement de Samantabhadra, vide entièrement tous les royaumes inférieurs sans exception.
 
Ici s’achève la reine des prières d’aspiration à l’excellence du noble comportement.
 

Traduite, entre autres, par les Pandits indiens Dzina Mitra et Surendra Bodhi, et par le Lotsawa Bandé Yeshé Dé, à la demande pressante du grand Lotsawa Bairotsana.


L’ensemble des textes et articles publiés sur ce site relève des législations françaises et internationales sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents iconographiques et photographiques. La reproduction de tout ou partie de ce site, sous quelque forme que ce soit, est formellement interdite sans autorisation préalable et écrite. Si vous souhaitez reproduire un ou plusieurs articles, nous vous remercions de nous contacter. L’utilisation dans un but non autorisé est expressément interdite par la loi et pourra donner lieu à des poursuites judiciaires.

Accueil | Contact | Plan | Espace privé | Statistiques | Mentions | visites : 1026977

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Cours  Suivre la vie du site Cours en ligne   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES